248 – Ecoute et enregistrement des conversations téléphoniques

Cette information peut se faire au moyen d’un avenant au contrat de travail, d’une note individuelle ou d’une note de service, ou encore d’une charte, par exemple.

Les salariés ainsi que les interlocuteurs (clients, par exemple) doivent être notamment informés :
– de l’existence du dispositif,
– de l’identité du responsable de traitement,
– des finalités poursuivies,
– de la base légale du dispositif (obligation issue d‘un texte légal par exemple, ou intérêt  légitime de l’employeur),
– des destinataires des données issues du dispositif,
– de la durée de conservation des données,
– de leur droit d’opposition pour motif légitime,
– de leurs droits d’accès et de rectification,
– de la possibilité d’introduire une réclamation auprès de la CNIL.
Cette information peut se faire au moyen d’un avenant au contrat de travail, d’une note individuelle ou d’une note de service, ou encore d’une charte, par exemple.
https://www.cnil.fr/fr/lecoute-et-lenregistrement-des-appels-sur-le-lieu-de-travail